Monuments historiques de la Manouba - Par Ali DABBAGHI &Jida Al-Skouhi - INP.


PALAIS DE LA ROSE

Le Palais Rose a été fondé en 1798 par Hammouda Pacha Bey al-Husseini (1782-1814), et il s'appelait «La Grande Tour», qui est un séjour pour pique-niquer et se reposer dans les champs de la Manouba près de la métropole tunisienne. Et Prospérité économique. En 1840, Ahmed Bey a assigné la grande tour pour embrasser la cavalerie et est devenue une caserne militaire, et en 1984 elle a été transformée en musée de l'histoire militaire de la Tunisie.

La tour a été construite au milieu de vastes champs et vergers, sa façade ornée donne sur une large cour, et elle est bordée sur le côté est par un portique porté sur des colonnes avec des chapiteaux turcs, et la façade se compose généralement d'un escalier en marbre qui mène à un portique allongé porté sur des colonnes sculptées dans des pierres de kadhal surmontées de chapiteaux à décor en spirale Au milieu de la façade, une entrée proéminente surmontée d'un arc en marbre noir et blanc en alternance mène à une driba, ainsi que des fenêtres donnant sur la place du palais, et les murs supérieurs de la façade portaient des inscriptions en stuc suggérant l'appartenance du bâtiment au style andalou-marocain

Le bâtiment comprend un couloir, une salle d'audience très ornée et une cour centrale exposée au ciel, qui dans l'ancien temps contenait un collecteur d'eau. Il est entouré sur les quatre côtés de galeries portées sur des colonnes de marbre entrecoupées d'arcs recouverts de stuc. " inscription en fer "et porte des décorations et des dessins harmonieux et entrelacés inspirés du style oriental turc. Autour du centre de la maison se trouvent un groupe de pièces latérales, dont la plus importante est la salle de réception, située juste en face de l'entrée.

Le palais était également équipé d'annexes, dont les plus importantes étaient la cuisine ou «douriyah», une mosquée, des entrepôts et des écuries. Il est à noter que la «grande tour» ou le palais des roses abritaient autrefois une stalle de pique-nique. le jardin du Belvédère équipé de sièges construits et revêtus de galeries portées sur des colonnes de marbre à couronnes périodiques et surmontées d'un dôme semi-circulaire, et ses murs étaient recouverts de carrés de céramique faits maison.


PALAIS DU DÔME DU CUIVRE

La construction du palais remonte à la période de Muhammad al-Rashid Bey (1756-1758), lorsque les sources de la période indiquent que la plupart des ajouts et modifications au bâtiment proviennent des réalisations de Hammouda Pacha al-Husseini ( 1782-1814) vers 1805, et le palais est considéré comme l'une des fiertés de l'architecture tunisienne dans la région de la Manouba, où son architecture combinait les caractéristiques de l'architecture ottomane et du style andalou marocain, et on l'appelait «le dôme de cuivre» en raison de la présence d'un grand dôme au-dessus de l'aile du harem et était recouvert d'une couche de cuivre, et son architecture était similaire au «Palais Rose» qui a également été construit par Hamouda Pacha et est situé à proximité.

La tour était connue sous plusieurs noms, y compris le palais Rasheed et le palais Farhat en raison de ceux qui en avaient successivement la propriété. Elle a également été transformée en siège des religieuses de l'église de «Notre dame Auxiliatrice» pendant la période de le protectorat français, et il appartient maintenant à la famille Bourguiba. Le Copper Dome Palace est un monument classé depuis 1922.

Le palais est situé au milieu de jardins et de vergers qui l'entourent de tous côtés et se compose de trois étages au total, et la façade principale est couronnée par un mashrabiya qui occupait le dernier étage et s'entassait sous un escalier en marbre menant à un couloir en colonnes en pierres de khadal portant des couronnes en spirale entrecoupées d'arcs semi-circulaires dépassant l'entrée du palais Le principal en saillie sous le portique est entouré d'un cadre en porte-à-faux, sculpté dans les pierres légères du khadal, et son arc porte des motifs floraux très ornés.

L'entrée mène à un groupe de cerceaux qui mènent directement à une cour centrale, exposée au ciel, avec un sol en marbre, et entourée d'un ensemble de pièces à usages divers, dont la suite harem, les chambres, etc. ... et sur le côté nord de la cour se trouve la grande salle dédiée à l'accueil des invités, et c'est l'une des plus belles pièces où elle a émergé. Les manifestations des influences marocaines andalouses et des influences levantines avec leur caractère luxueux, l'espace dans la beauté et l'élégance, où la salle se composait de quatre voûtes et sanctuaires latéraux, et il était couronné par un grand dôme central entouré de quatre demi-dômes dans les coins, qui portaient tous des décorations végétales et géométriques très complexes en stuc organisées dans un Un arrangement réfléchi qui met en évidence l'étendue de l'ingéniosité maximale atteinte par l'art de la gravure, en particulier la «gravure Hodeidah» à cette époque, et les fenêtres donnant sur les jardins et les vergers entourant la tour ont été ouvertes.

Le palais comprend plusieurs pièces réparties au rez-de-chaussée et aux étages supérieurs, dont peut-être la plus importante est la grande salle de réception qui occupait le côté est du palais et c'est la plus décorée et la plus belle parmi les éléments du palais. La géométrie entrelacée a été couverte avec un plafond en bois lisse appelé "plafond maltais" dans le style européen qui portait des dessins floraux et botaniques aux couleurs vives et dorées, et une lanterne en cristal y était suspendue pour éclairer l'endroit.

Derrière le bâtiment de la tour se trouve un grand bassin d'eau appelé «Jabiyeh». Il était entouré de colonnes avec des colonnes sur le côté sud et équipé d'un iwan pour s'asseoir et se reposer. Ses murs portaient des décorations en stuc turc semblables à la forme du cyprès et des plats étoiles.Il était également pourvu d'un puits avec une cascade pour extraire l'eau qui sert à l'arrosage des jardins et vergers du palais environnant.

Le sous-sol contient également un ensemble d'accessoires qui sont des éléments essentiels dans la composition et la conception de la "tour", d'une salle de bain privée pour son propriétaire et une autre pour les domestiques. On y trouve également des entrepôts, des écuries pour cheminée pour recueillir l'eau, une maison de serviteur, garde-manger, cuisines et remises.


LE COIN MANUBIYYA

A représenté Mme Mnobih dans le coin de la gardienne du domicile familial Mme Aisha Almnobih district Manouba, qui est née en 595 AH / 1197 AD et elle est revenue tard dans sa vie où l' année 665 est décédée 1267 AD, mais ne l'a pas enterré , l'une des femmes les plus célèbres de Tunisie par son œuvre caritative, et elle a eu pour maitre « Abu Said Beji » et «Abu Hassan Shazly », et a reçu le soutien de son père pour poursuivre ses études, et a considéré son émergence comme une femme avec un haut niveau de connaissances, de science et d'activité médiatrice de plaidoyer caritative événement est inhabituelle en son temps, et les habitants de la Manouba ont construit un coin de son honneur portant le nom "angle Sayyida Manoubia" Cet angle, qui a été attribué à Aisha et n'y a pas été enterré, a acquis une place importante dans l'histoire du pays tunisien.

Description architecturale

Devant l'angle se trouve un couloir protégé par des voûtes longitudinales portées sur des colonnes à chapiteaux cylindriques sous lesquels une porte en bois à deux rondins, ornée de clous noirs, se dresse au-dessus d'un arc en plein cintre sculpté dans les pierres pâles. Ses murs sont vitrée par les glaçures du Qallalin et couvertes de galeries aux plafonds en bois portés sur des colonnes à chapiteaux turcs, et autour d'elle un groupe de pièces est réparti pour recevoir et accueillir les visiteurs, et en face de l'entrée se trouve la salle funéraire dédiée au sarcophage du sainte dame Al-Manoubia, qui est un sarcophage symbolique puisqu'elle a été enterrée dans la tombe de la Dame à la périphérie de Tunis. Une salle étroite précédée d'une entrée en bois sculptée en forme de couronne surmontée d'une corniche ornée de fleurs et autres motifs épigraphiques. Il est surmonté d'un dôme soutenu par quatre coquillages d'angle. L'intérieur est recouvert d'un ornement en stuc gravé d'une «inscription de fer», ainsi que d'inscriptions de textes coraniques. Sur le côté est de la cour se trouvent les extensions d'angle d'un autel, d'un poêle, d'un four, d'un puits et d'autres pour les rites et rituels religieux.


BURG AL ARABI ZARROUK À DENDEN

Burj Muhammad al-Arabi Zarrouk a été établi à Denden dans l'état de Manouba, à la fin du XVIIIe siècle, au début du XIXe siècle, sous le règne d'Hammouda Pacha al-Husseini (1782-1814) dans lequel le pays tunisien connaissait une période de stabilité politique et de prospérité économique, et le Zarrouk arabe est l'une des figures importantes de l'État de Hussaini, né vers 1760 et mort en 1822 , et sa famille descendait de la ville de Beja, et il occupa de nombreux postes politiques , y compris le plan Khaznadar puis le plan d'un premier ministre pour le mandat tunisien sous le règne d'Hammouda Pacha.

La tour est restée en possession de la famille Zarrouk jusqu'à l'année 1881, lorsque Muhammad al-Arabi Zarrouk le petit-fils a été enlevé et exilé en Turquie, puis il appartenait à de nombreuses familles riches telles que le général Rashid, la famille Mohsen, et aussi la famille Baron D'Erlanger. Après l'indépendance, il est devenu la propriété de l'Etat tunisien et est devenu le «Centre Sectoriel de Formation Electronique du Ministère de la Formation Professionnelle et de l'Emploi».

Description architecturale

Burj Al Arabi Zarrouk est considéré comme l'un des bâtiments luxueux qui reflète sans controverse les caractéristiques du système urbain prévalant aux huitième et dix-neuvième siècles, et c'est l'un des palais les plus beaux et magnifiques de la périphérie de la ville de Manouba.

La façade principale donne sur une grande cour et possède une porte en bois ornée d'ornements sculptés de style européen et surmontée d'un avant-toit triangulaire monté sur deux colonnes surmontées de chapiteaux classiques inspirés des monuments romains antiques. Motifs floraux et végétaux très complexes, ces espaces successifs conduisent à une cour centrale carrée recouverte d'un plafond lisse et dont les murs sont recouverts d'arcs de glaçure de Qallallin sur une hauteur de trois mètres.

La cour est surmontée de deux bas-côtés parallèles portant des décorations en stuc «inscription de fer» et chaque arcade se compose de trois arches transcendantes portées sur des colonnes de marbre avec des chapiteaux périodiques modernisés, et derrière les arcades se trouve la salle de réception des invités au rez-de-chaussée et a été conçue selon à la disposition de la lettre latine T et couvert de longues voûtes avec de riches fresques Ils sont à la fois végétariens et floraux, et ils sont équipés de deux lits surmontés de couronnes en bois du type "Hujam Arch".

L'étage supérieur contient un ensemble de chambres et de salles luxueuses aux usages variés, dont la plus importante est la salle de réception des invités, qui est précédée d'un couloir protégé par des balustrades en fer. Il s'agit d'une salle étendue qui se distingue par son revêtement en céramique fait à la main qui a été spécialement importé d'Europe qui portait des dessins floraux et végétaux de différentes couleurs et couronné par un dôme dont l'intérieur portait une membrane de plâtre sculpté. L '«inscription Hodeidah» est riche en décoration qui part du centre et est dominée par formes géométriques et plats étoiles, ainsi que des motifs floraux et végétaux.

Le palais contient également un ensemble d'accessoires, qui font partie des éléments de base dans la composition et la conception de la tour, y compris une salle de bain pour le propriétaire du bâtiment et une autre pour les serviteurs, car nous trouvons des magasins, des écuries pour les animaux, un groupe de puits, une boîte pour recueillir l'eau, une maison de serviteur, des garde-manger et des salles de cuisine, ou Al-Douriyah et des hangars.


LE COIN DE SIDI BENAISSA À TABARKA

Monument historique organisé depuis 03-03-1915. Zawiya Sidi Benaissa appartient à l'ordre Issawiya, qui est l'un des ordres soufis apparus au VIX siècle dans l'extrême Maghreb, en référence à son fondateur Sheikh Muhammad bin Isa al-Maghribi. Il a été construit dans la ville de Tebourba près de la Grande Mosquée, et pendant la période husseinienne, le professeur a assisté à plusieurs reprises à des opérations de restauration, dont la plus importante était l'année 1229 AH correspondant à 1813 AD puis l'année 1314 AH correspondant à 1896 AD selon les inscriptions commémoratives de l'enseignant.

Le corner occupe désormais le siège de l'Association pour l'entretien de la ville de Tebourba

Description architecturale

Menant le coin se trouve une porte en bois avec deux rondins, au-dessus de laquelle étaient portés deux marteaux de cuivre, entourés d'un cadre d'albâtre italien composé d'un arc voûté portant des motifs végétaux sculptés inspirés de l'art baroque et conçus avec une grande précision ajoutée à la façade sourde plus le luxe, et la porte principale s'ouvre sur une cour ouverte vers le ciel entrecoupé d'elle. Un portique à arcades en plein cintre est porté sur quatre colonnes de marbre et équipé d'un puits. Sous le couloir, il y a une porte en bois, encadrée par le khazal, encadrée des deux côtés par deux fenêtres, et au-dessus se trouve un avant-toit en marbre portant une inscription datant des ajouts qui ont été faits dans le coin en 1314 AH Décédé en 1341 AH correspondant à 1922. Il se composait d'une voûte et de sanctuaires latéraux, et ses murs étaient recouverts d'un revêtement en céramique fabriqué à la main par Al-Qallallin par Osta Muhammad Bouatouk en 1229.


USINE AL CHACHIA

L'usine a été construite sur le bord du pont Al-Butan surplombant Wadi Medjerda à la fin du XXe et au début du XXe siècle, et dans celle-ci, la chachia est frotté et fritté avant d'être teint à Zaghouan, et il a été équipé de machines spéciales. L'usine de chachia est la seule latte en Tunisie et contient les plus anciennes machines de fabrication de thé de la région.


BARRAGE DE QANTARA & AL-BATAN À TEBURBA

Le pont d'un barrage à Al-Batan est l'un des plus grands ouvrages hydrauliques créés dans le pays à l'époque moderne. Il a été construit sur la rivière Medjerda, au nord-est du village andalou de Tabarba. Grand à l'époque de Mahomet Bey (1086 AH-1675 AD / 1108 AH / 1696 AD), qui a construit un barrage sur le Qantara pour résoudre les problèmes d'irrigation dans la région, et il a utilisé l'expertise étrangère néerlandaise pour achever cet énorme projet, qu'il a appelé Al-Butan, et c'était l'année 1102 AH / 1690 AD. Al-Qantara a bénéficié de nombreuses dotations, dont le produit est au profit de ce monument

La longueur du barrage est de 114 m de long et a été construit sur une base de 30 m de large et peut être de 16 arches, chaque arche de largeur de 2,85 m, entrecoupée de quatre chutes d'eau, d'une hauteur de 4 mètres chacune construite à partir d'énormes pierres polies qui ont été apporté d'anciens sites archéologiques comme le théâtre romain de Tebourba, et permet le passage de l'eau abstraite qui irrigue les terres agricoles voisines et alimente l'usine Chachia adjacente au pont. Voir version originale en arabe :http://www.inp2020.tn/ar/2021/02/19/monuments-historiques-de-la-mannouba/




9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

The Lost Bag : Travel. Food. Adventure.

A warm thank you, Alice, for taking time to share your experience in our dar. Take care, stay well and we hope to see you again soon. Sleeping in a dar in Tunis, our choice: El Patio Courtyard House

El Patio Courtyard House Tunis

36 rue Tourbet El Bey
1008 Tunis Medina, Tunisia | contact@elpatio-tunis.com 

Tel :  +216 29 522 476

  • Icône social Instagram
  • Twitter Social Icon
  • Trip Advisor Social Icon
  • Facebook Basic Black

© 2016-2021 by Medina Design sarl